• Laurent Devin face aux Insolents

    Binche les insolents 4.jpg

    Vendredi soir, c’était au tour de Laurent Devin d’être sur la sellette. Bien entendu, il fut fait allusion à différents moments de la vie marquant le curriculum du mayeur. Le bourgmestre a reconnu que ses études à l’ULB avaient été un moment de détente et qu’il les avait vécu en toute circonstance, digne de la penne qu’il portait. Pour preuve, le bourgmestre n’hésita pas à entonner un extrait d’une chanson estudiantine qui semble l’avoir marqué d’une empreinte toute particulière. La chanson fut assez rapidement interrompue car les vers de la strophe s’annonçaient un peu grivois à la manière de toute chanson estudiantine. Enfin, on a appris que Laurent Devin était né à Binche, qu’après lui, la maternité avait été fermée mais que son rêve secret était d’en rouvrir une. Le spectacle se poursuit par une série de jeu de mots : il est assez facile d’associer bouteille et noms de vin au patronyme du bourgmestre. L’association de Marie de Hongrie me semble mieux réussie en parlant des ruines de son château et en concluant qu’elle aurait bien mérité un  « châteauneuf »   

     

    Binche les insolents 3.jpg

    Binche les insolents 2.jpg

     

    En intermède, on a eu droit à la prestation d’un groupe de chanteurs dont la synchronisation fut défaillante à l’entame de la chanson pourtant très entraînante : « Quelles sont jolies les filles de mon village » et une reprise fausse du deuxième couplet. Pour compenser ceci, l’autodérision entre en scène : « Le Belge  du Nord qui travaille au Nord, le Belge du Sud qui… vit au Sud. » « A l’île de Pâques, tous les lundis sont des lundis de Pâques. » Les jeux de mots deviennent plus inattendus et de ce fait prennent une autre tournure : faire appel à Dragone « depuis le temps qu’il veut décrocher la lune, il pourrait reconstruire un château pour Marie( de Hongrie) et il pourrait présenter à Marie l’Empereur (Charles-Quint) (Marie Lempereur, services communication de la ville).

     

    Pour le final, le bourgmestre avait carte blanche : il a choisi un sketch sur les pompiers (oû sont passés les tuyaux ?) qui fut particulièrement apprécié du public. 

     

    Binche les insolents 1.jpg

     

     

     

  • Salle comble

    Umberto Tozzi pour la deuxième fois à Binche chante devant une salle comble de fans

    Binche Tozzi 3.jpg

  • Ressaix un homme blessé par balle

    Dans la nuit de mardi à mercredi, Antonio D’Alimonte, 59 ans, a été blessé de trois coups de feu alors qu’il rentrait à son domicile rue de Namur à Ressaix. Hospitalisé, son état est maintenant considéré comme stable. Les faits se seraient déroulés vers 23 h 25. Une voiture a ralenti à hauteur d'Antonio et ses occupants ont fait feu puis ils ont pris la fuite. On ignore pour l'instant le mobile de cette tentative d'assassinat.

  • Carnaval.....

     

    Allez au théâtre le 1er févrierimage002.jpg

    en attendant mieux... les 19, 20 et 21 février....... amusez-vous bien !

    374241_2745218393597_1351647826_32763460_518645452_n.jpg

  • Cure de beauté

    Les deux inaugurations de ce jour sont la première phase d’un projet plus ambitieux pour la ville. 

    La toile tendue

    Binche inauguration 1.jpg

    L’oeuvre date de 1910. De nombreuses remarques ont été lancées concernant le visage aux traits gracieux du gille. Certains ont avancé qu’il s’agissait du visage de l’épouse de l’artiste. S’il est vrai que celle-ci fut souvent sa muse, Louis Buisseret n’a rencontré son épouse qu’en 1920, dix ans après la création de l’ouvre qui sert aujourd’hui comme affiche du carnaval 2012 et qui garnit le carrefour du Paysan (rue de Bruxelles et rue de la pépinière).

    La toile mesure huit mètres de large et huit mètres de haut, elle est tendue sur une armature en aluminium.

    Publiée durant l’entre-deux-guerres, l’affiche a souvent été utilisée à de multiples reprises jusque dans les années 1970. Louis Buisseret est décédé en 1956 à l’âge de 68 ans , à Bruxelles. Il fait partie de ses artistes qui ont connu le succès de leur vivant. On trouve ses oeuvres dans des musées en Belgique mais aussi en Espagne, Lettonie, Italie…

    Binche inauguration 7.jpg

    Le tamboureur

    Cette statue de bronze mesure près de deux mètres de haut. Elle est l’oeuvre de Christophe Pourbaix dont plusieurs créations ornent divers endroits de la ville et des environs comme à Estinnes. Reposant sur un socle de béton garni de pierres bleues, la statue accueille les visiteurs à l’entrée de Binche au bas de la rue de la pépinière et de la chaussée de Mons.

    Dans son allocution, Laurent Devin insiste sur le rôle du tamboureur: “Le gille ne se déplace jamais sans son tambour. Sans lui, l’ambiance ne serait certainement pas ce qu’elle est. C’est pourquoi nous avons décidé de mettre cet acteur de notre folkore à l’honneur comme le sont déjà le gille et le paysan, deux oeuvres qui ont récemment subi une cure de jouvence.”

    Comme toujours et en préambule aux soumones, ce fut le verre de l’amitié qui apporta un terme aux cérémonies académiques.

    DSC04070.jpg

    Pour voir l'album, cliquer sur son nom (cure de beauté) dans la colonne de droite

  • Film sur le carnaval de Binche

    DSC04021.JPG

    Pour faire face au succès rencontré dès l'annonce de la projection du film réalisé par l'équipe Frédéric Ansion - Robert Devin, les organisateurs (ASBL BINCHE LOISIRS) ont pris la décision d’organiser une séance complémentaire, le 08 février, à 21 heures, soit presque immédiatement après la fin de la première.
    Il faut dire que les places se sont littéralement arrachées et qu’on affiche COMPLET pour la séance initialement prévue. 
    Autre décision complémentaire prise : une projection, toujours le 08 février, pour les établissements scolaires, aura lieu le matin à 9 heures.

    BIN film.jpg